Médecins de la Grande Guerre

Des jeunes hochniots dans l'enfer des combats : Eugène Baugnies.

point  Accueil   -   point  Intro   -   point  Conférences   -   point  Articles

point  Photos   -   point  M'écrire   -   point  Livre d'Or   -   point  Liens   -   point  Mises à jour   -   point  Statistiques

Des jeunes hochniots dans l'enfer des combats : Eugène Baugnies

Jean-Noël Gosselin.


Eugène Baugnies (collection famille Baugnies-Olivier)

Eugène Baugnies naquit à Huissignies le 3 février 1895 de l'union de Camille Baugnies et Rousé Irma. 


Eugène Baugnies, 2ème à gauche avec ses copains mitrailleurs du 5ème de Ligne (collection famille Baugnies-Olivier)

Il fut mobilisé au 5ème Régiment de Ligne dans l'unité des mitrailleurs comme indiqué M sur le col de son uniforme.


Devant la mitrailleuse (collection famille Baugnies-Olivier)

Le 5ème régiment de Ligne tenait garnison en 1914 à Anvers ; à la mobilisation d’août il se dédoubla et forma avec le 25ème de Ligne la 5ème brigade mixte qui, avec les 6ème et 7ème constitua la 2ème division d’armée. 
Le 5ème de Ligne participa en août et septembre 1914 aux sanglantes sorties d’Anvers.
Le 12 septembre à Molen, hameau de Rotselaer-lez-Louvain, le 5ème de Ligne subit des pertes énormes tant en gradés et soldats. Il perdit en un seul jours trois cents de ses membres. Le régiment devait protéger la retraite des grenadiers lancés sur Werchter et les environs. Un monument fut d'ailleurs érigé à Rotselaer en mémoire aux 300 lignards tués lors de ces combats.  


"Ils furent 300 des 5ème et 25ème de Ligne et mitrailleurs de la 5ème brigade qui tombèrent au matin du 12 septembre 1914" (Photo du Colonel Van Hoecke)

En octobre sur l’Yser, le régiment se distingua à Ramscapelle et à Lombarzyde. Il participa ensuite à la garde sacrée[1]


Photographié lors d'une permission avec son père Camille (Un des arrière-grand père de Jean-Noël Gosselin)

Le 20 décembre 1916, le 5ème de Ligne forma avec le 15ème de ligne la 5ème brigade, puis, en janvier 1918, avec le 6ème de ligne la 2ème division d’infanterie. 


Lors de l’offensive libératrice qui débuta le 28 septembre 1918, cette division fut maintenue sur le front défensif Pervijse-Dixmude et harcela les positions allemandes. 
Le 14 octobre 1918, les 5ème et 15ème de ligne font partie du « groupement Sud » de l’armée des Flandres chargé d’enlever la « Flandern Stellung » au sud de Roulers, puis de progresser vers la Lys. 
Le 15 octobre, les régiments sont devant Isegem après avoir subi de lourdes pertes à Oekene-lez-Roulers. Ils marchent ensuite sur Ingelmunster et le 18 s’emparent d’Oostrozebeke au-delà du canal de Roulers.


Eugène Baugnies (collection famille Baugnies-Olivier)

Ils s’établissent alors au sud de Bruges, puis gagnent la région Aertrijke-Zedelgem pour progresser ensuite vers le canal de dérivation de la Lys dont ils occupent la rive ouest, entre Ronsele et Zomergem. Fin octobre et début novembre, les 5ème et 15ème de ligne occupent la région Evergem-Wondelgem-Mariakerke
L’Armistice signé le 11 novembre mit fin aux opérations qui avaient valu aux deux régiments la citation : « Oostroozebeek », avec celles d’AnversYser et Lombarzyde.


Les 5ème et 15ème de ligne sont titulaires de la fourragère à la couleur du ruban de l’Ordre de Léopold. (collection famille Baugnies-Olivier)

Eugène épousa Julia Docquegnies de Huissignies, ils habitaient à la rue de la Cour. Ils eurent une fille Irène et par la suite 2 petits enfants : Daniel et Liliane Olivier. Il effectua la majorité de sa vie professionnelle au sein de la firme Delbart de Ladeuze où il deviendra « Conducteur des travaux ». Il décéda en octobre 1956 suite à des problèmes respiratoires récurrents et conséquents à l'exposition aux gaz moutarde ; il est enterré au cimetière de Huissignies. Eugène avait une sœur, Irma, ma grand-mère paternelle, bien connue à Huissignies pour avoir été couturière à domicile durant 60 ans, de 1920 à 1980. 


Eugène Baugnies

 

 

 

 

 

 

[1] La garde sacrée, c'est la défense du dernier lopin de terre belge et libre, la mise en valeur de la résistance belge de l'Yser. Une expression dans le genre de l'époque pleine de sentimentalité, de mise en valeur de l'héroïsme. (de Chr. Philippart que je remercie pour l'aide documentaire qu'il m'accorde). L'adresse de son bloc est :  http://ceuxde14-18.skynetblogs.be/

 



© P.Loodts Medecins de la grande guerre. 2000-2020. Tout droit réservé. ©