Médecins de la Grande Guerre

Album photos

point  Accueil   -   point  Intro   -   point  Conférences   -   point  Articles

point  Photos   -   point  M'écrire   -   point  Livre d'Or   -   point  Liens   -   point  Mises à jour   -   point  Statistiques


Photos sans album.








Alexandre Galopin


Funérailles d’Alexandre Galopin

Dorothie Feilding


De gauche à droite, Elsie Kocker, Dorothie Fielding et Mairi Chislom

Dorothie et le Dr Jellett, un duo d’ambulanciers performant


Les ambulances du Dr Munro dans la cour du Collège de Furnes





Source : gallica.bnf.fr (bibliothèque nationale de France)


Les rescapés de la bataille de Maissin (Archives de l’État à Saint-Hubert, Fonds Josée Lambin) © AGR.

Les rescapés de la bataille de Maissin (photo provenant du fond Josée Lambin, archives de l’Etat à Saint-Hubert)



André Greindl en 1920










Famille vivant dans les ruines de leur maison (photo : Musée National de Blérancourt)

Distribution de lapins à Blérancourt (photo : Musée National de Blérancourt)

Distribution de vivres à la population. (photo du Musée National de Blérancourt)

Villages desservis par les Américaines en 1917-1918

Les cinq centres du C.A.R.D. dans le Soissonnais

Le retour des réfugiés à Château-Thierry en 1918 (Source : Musée National de Blérancourt)

Les infirmières visiteuses du comité à Soissons en mars 1921 (photo du musée national de Blérancourt)

Le dispensaire du Comité à Chavignon (photo du Musée National de Blérancourt)

Le docteur Frazier au dispensaire de « Médecine scolaire » à Vic-sur-Meuse (Photo du Musée National de Blérancourt)

Tracteur Fordson exposé au domaine de Pairi Daiza

Le site du château de Blérancourt avec regardant vers le photographe Anne Morgan et sa collaboratrice Dike Murray (photo du Musée National de Blerancourt)

Sa plaque commémorative





Aumônier au C.I. n° 6 de Valognes

Le Père Louis Lenoir

Hommage du Général Gouraud

Le sourire légendaire du Père Lenoir se perçoit bien sur cette photo alors qu’il distribue des cigarettes.

Secteur de Massiges et de Beauséjour

Main de Massiges

Auteur du livre de prières du soldat catholique

Cantine chapelle du Père Louis Lenoir (musée de l'Armée Dist. RMN – Grand Palais – photo Emilie Cambier)

Le Piton Jaune vu du Piton des Italiens. La croix indique l’endroit où fût tué le père Lenoir.

L’abbé Pierre-Jean-Joseph Lens, aumônier militaire














Aurélie LEBEAU, épouse Joseph GAUTHIER. Portrait photographique réalisé en 1917 (Archives familiales).

Lettre des HOSPICES CIVLS de JUMET adressée à Joseph GAUTHIER, non datée mais présumée avoir été postée fin Août 1914 (Archives familiales).


Pierre Marinovitch

L’avion du jeune Marinovitch quelques secondes après la catastrophe

Le marbre sur sa tombe au cimetière du « Père Lachaise » à Paris



Cette photo montre l’avion de Bourjade avec, en avant, l’emblème de Sainte Thérèse de Lisieux et, à l’arrière, l’emblème du crocodile. Le personnage est sans doute un mécanicien



Escadrille N 152-SPA 152

Frère Georges

Tule-Island - Centre de la Mission - Nouvelle-Guinée

Port-Léon - Vue générale



Hilaire Belloc

Couverture du livre « Matilda »

Citation de Hilaire Belloc

Lieutenant L.M.J. Belloc

Sa plaque commémorative dans la cathédrale de Cambrai

Tombe n° 6884182, citant Notre-Dame de la Consolation et St Francis Churchyard, West Grinstead, Horsham District, West Sussex, Angleterre

La tombe de Bernard Lefevre est devenu un caveau familial. Le portrait de Bernard est représenté sur la stèle. On reconnaît la plaque gravée de la « Terre Patriale » à droite de la tombe.

Des palmes impressionnantes à la gloire de Bernard Lefevre ornent le caveau familial


Ce très beau portrait sculpté de Bernard Lefevre traduit sans doute le caractère franc et décidé du jeune homme

Bernard Lefevre, né à Gembloux le 29 mars 1893. Etudiant en médecine à l’Université Libre de Bruxelles. Soldat milicien du 8ème Régiment de Ligne. Chevalier de l’Ordre de Léopold II avec palme. Décoré de la croix de guerre, de la Médaille Commémorative de la campagne 1914-1918 et de la Médaille de la Victoire. Tombé en brave pour la défense des foyers et de l’honneur du peuple belge à Marchovelette devant Namur le 22 août 1914.


La tombe de Bernard Lefevre est située à proximité du monument commémorant les victimes des deux guerres mondiales.

A la mémoire de Jean Berteaux, brigadier au 81ème Régiment d’Artillerie française. Blessé au combat de Ramilies et décoré de la Médaille Militaire. Décédé à l’ambulance de Gembloux le 22 août 1914 à l’âge de 21 ans

Les parents de Jean Berteaux, Emile Berteaux et Alice Legoux de nationalité française ont choisi de reposer près de leur fils


Couverture du livre souvenir

Maurice Fievez, brancardier aux tranchées

Maurice Fievez à Clervaux

Sur le parcours de la procession de N. D. de Celle



Sarah Macnaughtan

Mabel St Clair Stobart

Mrs Stobart (centre) avec son équipe à Anvers. Sept 1914. (Photo de l’Imperial War Museum Collection)

Furnes – Ambulance de la gare

Ci-dessus la tombe commune installée à côté de l’église en ruines. Deux soldats belges furent parmi les vctimes : Verbeek Pierre Hubert et Winten Pierre Guillaume

La gare d’Adinkerke

La gare d’Adinkerke

Lady Bagot

William Bernard Rhodes Moorhouse

L’hôtel Teirlinck

EAST SURREY REGIMENT

Le capitaine Neville est mort à l’âge de 21 ans. Il est commémoré au Ploegsteert Mémorial et repose au cimetière militaire de Carnoy (près de Peronne)



Jules Burrion, soldat au régiment des grenadiers, 1912

Juliette Depret en 1910

Mariage de mes parents, 24 mars 1913

Jean Burrion, 1918

Jules Burrion en habit militaire.

Auto-canon-mitrailleuse

Couverture du bulletin de la Fraternelle des autos-canons, avec les noms des étapes les plus marquantes de leur périple (dessin de Charles De Mey).

Cantonnement à Zbaraz

Croix orthodoxe de Pierre le Cosaque

Photo de Jules Burrion en uniforme prise aux Etats-Unis en 1918.

Couple avec enfant.

La famille Burrion dans les années 30

Jules Burrion et son épouse.


Camille (1er en haut à gauche) en repos à Alveringhem avec d’autres brancardiers chez « Mademoiselle Elodie »

La couverture du livre

La Reine Elisabeth, accompagnée du Général de Coernick, écoutant dans les trachées un poilu mélomane

Le capitaine de Bray et le Dr Gripekoven au poste de secours à Luyghem.... novembre 1917

La garde de l’Yser

Capitaine de Bray Marcel, né le 27 mai 1891 à Fosse. Capitaine en second. Ordre de Léopold – Croix de Guerre – Médaille de l’Yser. Blessé une première fois sur l’Yser dans la nuit du 24 au 25 octobre 1914, tomba glorieusement à Kippe, le 28 septembre 1918 lors de la grande offensive libératrice, en donnant l’assaut aux positions ennemies.

Hérail au Conseil de Guerre

Le général de Sonis.

Rouvroy - le Carmel.

Louis-Gaston de Sonis, comte romain et de Sonis (1er, 1880), né à Pointe-à-Pitre le 25 août 1825 et mort à Paris le 15 août 1887, est un officier de l'armée française héros de la bataille de Loigny durant la guerre de 1870, où il perdit une jambe.




Les Allemands débutent la construction de la ligne 24, entre l’Allemagne et Anvers, dès 1915. (Photo Club des Chercheurs et Correspondants Cheminots de Visé, http://cccc-vise.over-blog.com/ )

Les Allemands rêvent de rejoindre les Champs-Elysées en s’arrêtant le moins possible à Liège. (PG).

Le plan Schlieffen : la 1re armée (320.000 hommes) doit franchir la Meuse au nord de Liège, la 2e armée (260.000 hommes doit passer entre Liège et Namur). (Plan webmatters/carnets de route).

Général-major Groener, à la tête des chemins de fer allemands pendant la guerre. (PG)

Stephan Zweig, en train d’Ostende à Vienne le 31 juillet 1914, via Liège, Verviers et Herbesthal. (PG)

Mitrailleuse tirée par les chiens, spécificité belge. (PG)

Intérieur de la gare de Dour





Les graminées donnent l’impression d’une savane africaine

Le médaillon du colonel Colpin




Clémence Descamps 1869-1951

Valentine Joostens 1868-1933

Elsa Mestagh, veuve Noël 1901-1971















Le Dr Colman exerça l’ophtalmologie à Liège (photo: wikipeda)

Terrassé par la fatigue le lieutenant Danthine s’endort malgré le crépitement de ses propres mitrailleuses – 28 septembre 1918

Le major d’E.M. De Haene et officier du IIIeme bataillon à Luyghem – septembre 1918


Les derniers défenseurs du château Blankaert faisant « Kamarad » – 28 septembre 1918

Le château Blankaert – 28 septembre 1918

Un bain pendant une accalmie. Le lieutenant Colmant et ses hommes après la prise du château Blankaert – 28 septembre 1918


Joseph Colmant. (photo: wikipeda)

Capitaine Antoine Dumortier et Sous-Lieutenant Albert Dumortier en octobre 1916 au lieu dit Roode Poort. (Photo Luc Rahier)

Capitaine Antoine Dumortier et Sous-Lieutenant Albert Dumortier : Yser 1917. (Photo Luc Rahier)

Lieutenant Albert Dumortier : Photographie prise après sa sortie de l’hôpital de l’Océan et sa convalescence. (Photo Luc Rahier)

Lieutenant Albert Dumortier : Hôpital de l’Océan en 1919 à gauche son frère Antoine et à droite son frère Léon. (Photo Luc Rahier)

28 juillet 1928 mariage Adrienne et Albert Dumortier. (Photo Luc Rahier) 

Libération de Bruges en 1944. Le Major Albert Dumortier en conversation avec un officier canadien.(Photo Luc Rahier)

Major Albert Dumortier en 1944. (Photo Luc Rahier)

Colonel Albert Dumortier en 1962 avec ses petits enfants, ma sœur et moi. (Photo Luc Rahier)









La pommade "préservative" (copyright Frédéric Pauwels/Collectif Huma)










Monsieur Jean Dauphin chevalier de la Légion d'honneur

Monsieur Dauphin (photo journal Vers l’avenir)

Monument du village de Vauquois dédié à Henri Collignon (photo : wikipedia)

Voici la photo d’August Vande Casteele né le 16/10/1865 et décédé le 2/5/1917 à Neuville. D’après les souvenirs de son petit-fils Eric. August possédait une auberge à proximité de Poperinghe. Atteint d’une maladie respiratoire chronique, il fut soigné par les religieuses hospitalières de Poperinghe avant d’être finalement envoyé à Neuville où, malheureusement, il décéda.

Harry Patch


Henry Allingham

Fernand Goux











Le Comité de l'Association Générale des Etudiants de l'ULB dans la cour du « Diable au Corps », rue aux Choux, à Bruxelles. De gauche à droite: assis: Fernand Marzorati, Marcel Detry (Médecine), Walter VanDe Walle, Maurice Peynaert (Droit-Notariat), Jules Janson (Droit). Debout: Léon Lepage (Droit), Albert Dumont (Polytechnique), André Bomrichou (Pharmacie), Fernand Cuvelier (Droit), Jules Reyers et Guillaume Verheven (Polytechnique). Photo année scolaire 1904-1905. (Collections Archives et Bibliothèques de l'Université Libre de Bruxelles, 2Y263.)

Marcel DETRY (au centre), jeune médecin à Bruxelles.

Marcel DETRY (1879-1972), chirurgien et Résistant aux côtés d'Edith Cavell.

Mme Marcel Detry, née Blanche Dullier (1878-1960).

Marie-Louise Detry (1911-2005), fille unique du docteur Detry : en infirmière en1919, alors âgée de 8 ans. Bon sang ne saurait mentir...

La maison de Marcel Detry, au 116 de l'avenue Brugmann.

Louis-Philippe Detry, peint, par Charles Watelet en 1898.

M. et Mme Louis-Philippe DETRY et leurs trois enfants, Marcel (°1879), Georges (°1882) et Paula (°1884) DETRY.




Dr Joseph Meyers (1870-1963)


Assis (à droite sur la photo) on distingue de gauche à droite, le Lieutenant Doorne et le Baron Dhanis compagnons de combat du Dr Meyers.

Lt Melaerts, A.-G.-C. – Bruxelles, 1870 ; Bako, 1897.

Billet du Vice-Gouverneur Général Baron Dhanis, au Dr Meyers

Monument élevé à Adranga, par la Ligue du Souvenir Congolais, à la mémoire des héros de la Campagne Batela

Le Bienheureux RICHARD PAMPURI frère hospitalier

Auguste Thomas

Convoi sanitaire belge à l’arrêt à la frontière Abyssinie-Somalie en juin 1941. (Coll. Privée)

Fokker réquisitionné de la Sabena, en version sanitaire. Cet appareil ‘était en appui en Somalie anglaise en 1941. (Coll. Privée)

Le Service de santé belge en opération au Kenya. Le Lieutenant médecin H. Verhaeren et deux infirmiers africains devant leur camion sanitaire près du lac Rudolph en février 1941. (Coll. Privée)

Le Colonel médecin A.C. Thomas. Médecin à Léopoldville, il fut commandant de la 10th (Belgian Congo) Casualty Clearing Station, qui opéra dès 1940 dans l’Est africain. Plus tard, il participa avec son personnel africain à une offensive anglaise en Birmanie. Il servit en Asie du Sud-est jusqu’à la fin de la guerre du Pacifique en 1945. (Coll. Privée)


L’aumônier catholique de l’hôpital, le Padre Coussée.

Birmanie 1945, pharmacie de l’hôpital Thomas. (Coll. Privée Philippe Jacquij)

Soldats de l’hôpital Thomas en Birmanie en 1945. (Coll. Privée Philippe Jacquij)

Insigne d'épaule et insigne de la 11ème division d'Afrique orientale










Elisa Dumonceau (collection M.C.H.)

L’Œuvre de lait, rue Large Voie, 1914-1918 (collection M.C.H. C 1297)



Rabosée – Le Lt Edmond Simon fut tué sur ce chêne, à son poste d’observation, le 6 août 1914

Ludendorf

Haelen – Echec de la cavalerie allemande

Retraite d’Anvers, arrière-garde belge

L’Yser en inondation

Des parents qui, dans la fuite devant l’envahisseur, ont perdu leurs enfants, les reconnaîtront peut-être dans ce groupe

L’église de Hermée

Le thier d’Oupeye

Intérieur de l’église

Vue de Hallembaye

Haccourt, rue des Ecoles


La haie électrisée avec une sentinelle allemande. Remarquez le panneau avec le texte " Danger de mort " (photo Prof. Dr. A. Vanneste)

Le remorqueur « Atlas V » amarré en face du café Warnier à Eysden (Hollande). (Livre d’Edouard Dehareng, "L’odyssée du remorqueur Atlas V" – Imprimerie Wagelmans à Visé)

Un tonneau placé entre deux fils inférieurs (photo Prof. Dr A. Vanneste)

L'échelle...(Sterken, 1952) (photo Prof. Dr A. Vanneste)


Avis de l’Administration communale conjointement avec la Croix-Rouge de Spa

Journal personnel du docteur Achille Poskin, médecin en chef des hôpitaux de la Croix-Rouge de Spa

Le corps médical des hôpitaux spadois. On y reconnait, au premier rang à partir de la gauche : le professeur Henrijean (2e), le Dr Achille Poskin (3e), le pharmacien Marcel Leboutte (4e) et la Dr Fraipnt (5e). Au second rang à partir de gauche : le Dr Everaerts (1er), le professeur Wybauw (2e), le Dr Schaltin (3e), le Dr Delneuville (4e) et le Dr de Damseaux (6e)

Vue générale de l’hôpital aménagé par la Croix-Rouge dans la galerie Léopold II dont ses deux côtés étaient vitrés à l’époque

On reconnait ici la salle à manger du Grand Hôtel Britannique, rebaptisé Station Hindenburg

Mutilés allemands dans le parc de Sept-Heures

L’école moyenne vaste bâtiment datant de 1907, devenu Station Schule et hébergeant 475 convalescents le 10 avril 1916.

Soldats français et allemands occupés à fabriquer de petits objets pour passer le temps

Sur la terrasse de la Station Bergschloss ! (villa « Le Freuheux »), réquisitionnée le 27 décembre 1914 pour les besoins du Centre de convalescents.

La grande salle du Casino de Spa

La piscine de l’établissement thermal rouverte pour l’usage exclusif des convalescents allemands

Beaucoup de convalescents se feront tirer le portrait ai Pouhon Pierre-le-Grand où un petit studio de photographie avait été aménagé. On voit ici quelques-unes de ces photos souvenirs encadrées dans des « jolités » ou « Bois de Spa »

Un groupe d’infirmiers volontaires allemands « un Felde » (« en campagne ») 1915

Le 14 août 1914, on réquisitionnait les pauvres pigeons des Spadois ! Ce n’était que le début des nombreuses réquisitions !











Frank Buckles après avoir déformé son âge et s'être engagé en 1917.

Il reçut la Légion d'honneur française en 2008.

Le parc de l’ancien collège français Saint Joseph de Marneffe

Gros plan sur la statue

L’avant du socle

L’arrière du socle

L’arrière du socle en détail

L’arrière du socle en détail

L’arrière du socle en détail

Gabrielle Richet après sa libération

Poème écrit par Gabrielle Richet de Lessines. (Collection Léa De Vos)


Le Belge Édouard Rémy

La façade de la chapelle Saint Thérèse d’Elisabethville avec la statue du cardinal Mercier




















Tombe Grimsby Chums à Arras - © collection A. Jacques

Hedd Wyn

La cuisine

Le «Trône noir » sculpté par le Belge Eugeen Van Fleteren

Le dragon gallois de Passendale

La tombe du poète


(Photo Dr Patrick Loodts)


(Photo Dr Patrick Loodts)


(Photo Dr Patrick Loodts)

Carte des camps d’Internés militaires belges en Hollande

Le camp d’Amersfoort en 1916

Maisons familiales à Elisabethdorp

Entrée du quartier du Soutien

Les femmes d’Elisabethdorp d’Amersfoort. Ida Limbos y figure peut-être en bonne place, debout à l’extrême gauche dans une tenue entièrement blanche ! Source

En pleine forêt équatoriale, la route tracée entre Yangambi et Bengamisa, juste après la Deuxième Guerre mondiale, représenta un chantier éprouvant.

Couverture du livre

Le chef indien Francis Pegahmagabow en uniforme

Francis Pegahmagabow en 1945

Le monument dédié à Francis Pegahmagabow

Nursing sister Pearl Fraser

H.M. Hospital Ship, Llandovery Castle

Llandovery Castle par Wilkinson, G.W., tirage (art), 27 juin 1918 Domaine public

Minnie Follette

Rena McLean

Affiche canadienne utilisant la destruction du navire-hôpital HMHS Llandovery Castle en 1918 pour la souscription d'obligations

Valborg Hjorth posant avec ses nombreuses décorations dont la médaille commémorative belge de la campagne 1914-1918.

Cette photo représente une affiche de l’ambulance Belge à Constantinople. Ce document est exceptionnel et à ma connaissance ne possède pas de double en Belgique.

Des vêtements pour nos soldats

L’hôpital australien dans la plaine de Honvault au sud de Wimereux. En rouge les tentes.

La pointe aux oies aujourd’hui. L’hôtel et le club-house du golg ont disparus, détruits pendant la seconde guerre mondiale et la nature a repris ses droits.


Photo prise par Pery Alfred Peachey, laborantin de l’hôpital australien (collection Jeffrey Madsen)

Hiver 1917, par Pery Alfred Peachy, laborantin de l’hôpital australien (collection Jeffrey Madsen)

Une baraque du 2nd Australian Hospital. (Australian War Memorial P00156055)

Elsie Eglinton – (State Records of SA, ref : GRG26/5/4/2123)

Ethel Gray au milieu de ses infirmières du 2nd Australian General hospital. (Australian War Memorial EO2116)

Plan croquis des emplacements des hôpitaux utilisé par les conducteurs d’ambulances

Kate Luard (1872-1962)

Henderson Malcom (1891-1978)

Le caporal Cotter William

Mary Borden 

May auprès de son chariot de soins..

Louis Spears

L’affiche de la pièce de théâtre

Couverture de son livre

Inspection par le général de Gaulle

Mary Borden pendant la guerre 1940-1945

Le chirurgien Pol Thibaux


Maud McCarthy en 1917 (peinture de Francis Owen © National Portrait Gallery, London)

(photo from the army Military History Museum, Adlerhot, UK)

Nellie Spinder

REM « Sur cet article paru dans le British journal of nursing », il est mentionné que Nellie perdit la vie à Abbeville. C’est évidemment une erreur.




Il arrive souvent que les tombes de ce cimetière (Lijssenhoeck) soient encore baignées par la boue des Flandres. Cette photo nous rappelle encore aujourd’hui la dureté de ce qui fut l’environnement des combattants

Elsie Mabel Gladstone


Elsie portait l’uniforme caractéristique des infirmières militaires ayant signé un engagement pour la durée de la guerre. (Queen Alexandra Imperial Nursing Service Reserve). Les infirmières « réservistes » portaient une cape grise bordée de rouge tandis que la cape des infirmières de carrière était entièrement rouge

Au cimetière de Belgrade près de Namur



Vers 1920



Gustave Durassié et Jacques Péricard

Debout les Morts ! 1914

James Kay

La tombe de James Kay se trouve dans le cimetière d’Antheit

La tombe de James Kay jouxte le monument aux morts du village

Le nom de James Kay figure sur le monument aux morts à côté des trois soldats belges issus du village et morts au combat.

James en congé , retrouve son épouse et ses deux filles.

Soldats Canadiens sur la Grand-Place de Mons

Antheit, le village tel que l’a connu James Kaye





Monument 3de karabiniers te Sint Joris (bij Nieuwpoort)

Uit gulden boek der vuurkaart jg38-39, p441

Is hof ten Dormaal de hoeve Doremael / Dorremaal waarvan sprake in de teksten? Aangezien deze hoeve tegenwoordig een streekbrouwerij herbergt zullen we best eens ter plaatse een onderzoek in stellen.

Uit gulden boek der vuurkaart jg 33-34, p408







Sur la couverture du carnet. (collection Maryvonne Janssen)

Joseph Radelet prisonnier. (collection Maryvonne Janssen)

Première page du carnet. (collection Maryvonne Janssen)

Le cimetière St Alphonsus dans lequel repose Joseph Serneels



Gervais Raoul Lufbery (1885-1918)

Fram, le chien du commandant d’escadrille le capitaine Thénault

Lufbery avec Whisky et Soda

Le mausolée dédié aux pilotes américains dans le parc de Villeneuve l’Etang








Le personnel de l’hôpital Stobart en partance pour la Serbie. Mabel St.Clair Stobart est au centre du second rang avec de gauche à droite, le Dr King-May, Payne, Marsden, Atkinson, Tate et Coxon. Il manque le Dr Hanson

Mabel Dearmer en 1890 (photo Wikipedia)

Mabel ST. CLAIR STOBART occupée à parler à des patients le long de la tente dispensaire établie sur le côté de la route à Kragujevatz. Les docteurs et infirmières sont à gauche

Ce plan montre les dispensaires établis par Mabel autour de la ville


En route vers Pirot, Mabel chef du convoi. (Photo: Imperial War Museum)

En partance vers Pirot. Sur cette photo, on distingue la cuisine roulante devant les ambulances motorisées

Blessé serbe provenant du champ de bataille de Dobridol et débarqué dans l’hôpital Stobart d’une ambulance motorisée

Blessé serbe provenant du champ de bataille de Dobridol et débarqué dans l’hôpital Stobart d’un char à bœufs.

L’hôpital aux environs de Dobridol avec à gauche les tentes des blessés

Une des doctoresse examinant un blesse arrivant du champ de bataille de Jagodina

The lady of the black horse, Georges Rankin, British Red Cross Museum

Sur cette photo, on peut voir apercevoir un pont interrompu quelque part dans le Monténégro tout près de l’Albanie. Le convoi est obligé de franchir la rivière à gué.

A Petch, les hommes s’affairent à scier les charrettes en deux

Le matin, après un bivouac de nuit, il faut se remettre en marche. (Entre Petch et Roshai)

La colonne de Mabel au Monténégro, à l’arrêt et n’ayant plus de véhicules. Tout le matériel est porté à dos de poneys ou de bœufs

La route en Albanie jonchée de pierres et parsemées de trous dans la boue. On distingue un cheval mort à l’avant.

Mabel conduisant à pied sa colonne à travers les montagnes. D’autres colonnes sont visibles au loin descendant une côte sur la gauche de la photo.

L’armée serbe en retraite traversant un pont près d’Andreavitza

Sauvetage d’un poney tombé d’un pont à côté de Jabuka


L’infirmière Madeleine Jaffray

Madeleine Jaffray et des blessés de l’hôpital chirurgical mobile n° 1

L’hôpital chirurgical mobile n° 1 était appelé « le petit paradis des blessés ».

Citation de la médaille de bronze de l'armée française pour Madeleine Jaffray

Sidney Lambert, premier président de l’association canadienne des amputés de guerre.






Une émouvante histoire tirée de cet Almanach


Marguerite Boulvin. (Collection M-T Cantinieaux-Fontaine)

En 1955, Marguerite Boulvin défile sur le char des anciens combattants et prisonniers lors du 125e anniversaire de la Belgique. (Collection Annick Fontaine-Marcelly)

Faire-part du décès de son frère. (Col M-T Cantinieaux-Fontaine)





Maurice Hamonneau

Le sauveur !

Couverture du livre réédité



















La Minoterie

La Minoterie

La Minoterie et l’Yser

La Minoterie et les abris à Dixmude








La séparation de l’Eglise et de l’Etat. Paris – Expulsion des Séminaristes du Grand Séminaire de Saint-Sulpice le 14 décembre1906 (lartnouveau.com)

Le « Secours de Guerre » au Séminaire de Saint-Sulpice

A la recherche des parents. L’enquête. Sur cette carte postale, il est plus que vraisemblable que c’est Monsieur Peltier qui est représenté.

Bâtiment sur lequel vous trouverez les plaques commémoratives




Phoebus, chien de mitrailleuse (illustration de Georges Dutriac)

Dans le livre de madame du Genestoux se trouve cette illustration (de Georges Dutriac) très parlante de deux hommes traînant un vélo sur lequel on a installé deux enfants et un sac de vêtements.

Monsieur, nous allons bien garder Phœbus (illustration de Georges Dutriac)

Mademoiselle Suzanne vient chaque jour au Séminaire de Saint-Sulpice (illustration de Georges Dutriac)



Régiment universitaire en Pharmacie en 1913

Jean et Maurice

Jean et Maurice

Jean et Louis Dubuisson. Pharmacie d’Hornu.


Extrait de la conférence « Notre front pendant la guerre », donnée par le Lieutenant Maurice Dubuisson – Volontaire de guerre – à la salle des fêtes de Forest(53, rue l-B. Vanpé),le 29 novembre1924.


Recto d’une carte postale envoyée par Marcelle Quenon – Warquinies. Brasserie Léon Quenon. 1907

Préambule du compte-rendu de Jean Dubuisson. 1914.

Détail d’une façade de Louvain. Mai 2014.



Vue du mémorial à l’arrière du cimetière militaire de Loos. ( Photo: Door Wernervc - Eigen werk, CC BY-SA 4.0 )


Inscription sur la tombe

L’entrée du Fort de Pontisse







Raymond

(Sous la croix, l’épitaphe mystérieuse rédigée par le père de Raymond Lodge)

Olivier Lodge et son épouse, les parents de Raymond ( Source : Gallica, bibliothèque nationale de France)

Groupe d’officiers envoyé par Mr Cheves le 7 décembre 1915, montrant un officier reposant son bras sur l’épaule de Raymond












A la porte de l’hôpital

Les docteresses

Salle Blanche de Castille

Groupe de blessés et infirmières

Ce cliché a été pris en 1912 dans le jardin arrière de l’Ecole Edith Cavell, rue de la Culture (aujourd’hui Franz Merjay) à Ixelles. En plus d’Edith Cavell on peut identifier : Laura Matthys (au dernier rang, juste à la verticale d’Edith Cavell), sa petite sœur – Maud Matthys (derrière Edith Cavell, la 2e infirmière vers la gauche sur la photo qui est suivie par la 3e infirmière Ruth Moore suivie par la 4e infirmière Claire Matthys, la sœur jumelle de Maud). L’infirmière « Poupon », la dernière infirmière sur la droite de la photo au dernier rang en hauteur, grande amie de Laura Matthys qui sera également du périple avec Laura sur le front de l’Yser à l’HM de Cabour puis à l’HM de Beveren s/Yser. Assises autour d’Edith Cavell on y voit ses assistantes : respectivement de gauche à droite : Sister White, Sister Horn, Edith Cavell, Sister Bird et Sister Wilkins. Cliché réalisé à partir d’une copie d’époque du négatif original que Sister Wilkins a donné à ma grand-mère, Laura Matthys, vers 1964 en « mémoire d’une longue amitié et du bon vieux temps ». (Photo de Bernard Focquet, petit-fils de Laura Matthys)

Ruth Moore


Salle de blessés dans la grande salle de Bal du Palais Royal de Bruxelles





Sur cette photo, on aperçoit les six sœurs dont la plus âgée paraît être la cinquième en commençant par la gauche.




Sur cette photo, on aperçoit clairement le nom du village « Silenrieux » à côté du chiffre 15.



Stèle de Teofiel Lamens, dans les campagnes de Fooz

Document De Vos Léa

Document De Vos Léa

Paul Wittgenstein Sous license CC BY 3.0 nl via Wikimedia Commons -












Vera Brittain

Edward, Roland et Victor en 1915

Roland Leigton

Geoffrey Thurlow

Victor Richardson

Edward Brittain après la bataille de la Somme, sembla avoir vieilli de dix ans.

L’affiche du film dans sa version française

L’affiche dans sa version originale

Le buste de Verhaeren au Caillou-qui-Bique

Verhaeren en 1912

A droite, la maison natale de Verhaeren


Le passeur d’eau d’Anton Carte (1941)

Goûter au champ de Louis Pion 1877


Marthe son épouse. Peinture de Théo Van Rysselberghe (1899)




La maison de campagne de Verhaeren au lieu dit « Caillou-qui-Bique » fut détruite en 1918 par une bombe allemande. Elle fut reconstruite en 1929 et abrite aujourd’hui un musée provincial à la mémoire de Marthe et Emile Verhaeren.

Le circuit balisé des Pierres fut emprunté maintes fois par Verhaeren lors de ses promenades journalières. A droite la Grande Honnelle. A Gauche une des 27 pierres gravées d’une pensée de Verhaeren inspirée par le bruit de la rivière.


Le caillou-qui-Bique, ce rocher qui donna son nom au petit hameau où se réfugiaient en été Marthe et Emile, est visible du circuit des Pierres. Ce rocher en équilibre est âgé de 370 millions d’année.

Zweig entre Emile et Marthe au Caillou-qui-Bique




Le Roi Albert et Emile Verhaeren



Stephan Zweig écrivit une biographie de Verhaeren mais aussi de Romain Rolland.


Miss Violetta Thurstan

Quand la guerre éclata, Violetta avait 35 ans



Carte représentant le front en Pologne



1915 publisher's advertising for French edition of Field Hospital or "Adventures of an English Nurse"

Violette Thurstan

Son livre


Yolande de Baye

Chapelle de l’ossuaire de Douaumont : A gauche le vitrail consacré aux infirmières, à droite le vitrail consacré aux brancardiers. Les vitraux ont été conçus par l’artiste George Desvallières en 1927.

Les Femmes françaises décorées de la Légion d’Honneur pour services rendus pendant la Grande Guerre. - 1 Mme la comtesse de l 'Epinois, tuée au champ d'honneur. - 2 Mme Ehrhardt. - 3 Mlle Fouriaux. - 4 Sœur Gabrielle. - 5 Mme Maître. - 6 Mlle Deletête. - 7 Mlle Yolande de Baye. - 8 Sœur Bazilides. - 9 Sœur Julie. - 10 Mme Rocque. - 11 Mlle Marcelle Semmer. - 12 Mme Paul Dislère. - 13 Mlle Cnaton-Baccara. - 14 Mlle Thuliez.



© P.Loodts Medecins de la grande guerre. 2000-2020. Tout droit réservé. ©