Médecins de la Grande Guerre

De l’Yser au Congo : le parcours remarquable d’Emilie Dardenne et de ses filles

point  Accueil   -   point  Intro   -   point  Conférences   -   point  Articles

point  Photos   -   point  M'écrire   -   point  Livre d'Or   -   point  Liens   -   point  Mises à jour   -   point  Statistiques


La vie pendant la Grande Guerre

point  [article]
Emile Dardenne vers 1918. (Collection K. Schuiling)

Hôpital de Couthoven – Les infirmiers 1916-1917-18 (Collection K. Schuiling)

Hôpital de Couthoven – Mary Claes 1917 (Collection K. Schuiling)

Hôpital de Couthoven – Concert par les soldats anglais 1917 (Collection K. Schuiling)

Hôpital de Couthoven – Le parc, Mademoiselle Kakenbeck (Collection K. Schuiling)

Hôpital de Couthoven – Un enterrement en 1917 (Collection K. Schuiling)

Mistral milicien – Photo prise à N fin juin 16, 2 (Waillanais ?) à mes côtés (Collection K. Schuiling)

Madame Dardenne, Jacqueline Dardenne au pavillon de la dentelle à Couthoven (Collection K. Schuiling)

Coxyde 1915 – Alban et … (Collection K. Schuiling)

Dans la chambre du caporal Figien à Nieuport – Mistral Figeral (Collection K. Schuiling)

Parc de Couthoven, Georges fils de la cuisinière (Collection K. Schuiling)

Campement dans le parc de Couthoven en 1917 (Collection K. Schuiling)

Couthoven – Patinage 1916-17 (Collection K. Schuiling)

Premier rang : Montoisg – De Vranoop – Walbrouch, Deuxième rang : Dardenne - … - … Troisième rand : Jacqueline Dardenne – Madeleine de Hulot et l’abbé Rosur à Couthoven en 1916 (Collection K. Schuiling)

Marguerite Clas en hiver 1917 (Collection K. Schuiling)

Hôpital de Couthoven en 1916-17 (Collection K. Schuiling)

Intérieur du théâtre de Nieuport-Bains 1915-16 (Collection K. Schuiling)

Intérieur de la chapelle de l’hôpital de Couthoven 1916 (Collection K. Schuiling)

En commençant à droite : le Dr Giraud, ….., lieutenant Decoin Henri, capitaine Grandboulaie, commandant ? – 4e Zouaves 4e Bataillon secteur Oostate 191 ? (Collection K. Schuiling)

Départ d’un régiment en 1917 (Collection K. Schuiling)

Nouveau pont sur l’Yser à Nieuport-Bains (Collection K. Schuiling)

Jacqueline Dardenne avec des officiers anglais à Couthoven en 1917 (Collection K. Schuiling)

Hôpital de Poperinghe 1916-17 (Collection K. Schuiling)

Camionnette la dentelle conduite par Leughe accompagné par Mme Dardenne 1916-17 (Collection K. Schuiling)

Mme Dardenne et Jacqueline Dardenne sur la passerelle de Couthoven de 1917 (Collection K. Schuiling)

Le général Michel visitant l’hôpital militaire de Couthoven 1915-16 (Collection K. Schuiling)

Tranchée à Nieuport en 1915 (Collection K. Schuiling)

Grand hôtel de Nieuport-Bains en 1915 (Collection K. Schuiling)

Figon en 1917 (Collection K. Schuiling)

A Coxyde en 1915 (Collection K. Schuiling)

A Coxyde en 1915 (Collection K. Schuiling)

A Coxyde en 1915 (Collection K. Schuiling)

Mme Dardenne, Jacqueline Dardenne et Mary Claessen, 1916-17 (Collection K. Schuiling)

Mathilde Kaikenbeck à Couthoven en 1917 (Collection K. Schuiling)

Couthoven en 1917 (Collection K. Schuiling)

Mlle Mary Claessen à Couthoven en 1917 (Collection K. Schuiling)

Mme Dardenne à Coxyde en 1915 (Collection K. Schuiling)

Couthoven 1916, le secrétariat (Collection K. Schuiling)

Hôpital de Couthoven en 1916 (Collection K. Schuiling)

Jacqueline Dardenne à Antibes en 1918 (Collection K. Schuiling)

Un malade de l’hôpital de Couthoven en 1916 (Collection K. Schuiling)

Tranchée à Nieuport en 1915 – Figon et autres (Collection K. Schuiling)

Le camion de la dentelle en 1916 – Front belge (Collection K. Schuiling)

Jacqueline Dardenne, Mary Claes et Mme Dardenne à Couthoven en 1916-17 (Collection K. Schuiling)

Couthoven en 1916-17 (Collection K. Schuiling)

Jacqueline Dardenne et 2 Ecossais à Couthoven en 1917 (Collection K. Schuiling)

A madame Dardenne avec tous mes hommages respectueux, signé Grégoire – Pilote Lallemand, Officier de reconnaissance Grégoire (Collection K. Schuiling)

Coxyde 1915 – Mistral et Alban (Collection K. Schuiling)

Madame Massart (Collection K. Schuiling)

Patinage à Couthoven en 1916-17 (Collection K. Schuiling)

Madame de Hulst, Mary Claessen et Richard….. à Couthoven en 1917 (Collection K. Schuiling)

Mistral et ……. ? à Nieuport-Bains en novembre 1915 (Collection K. Schuiling)

Lily Dardenne à Middelkerke (Collection K. Schuiling)

Mamy, Jeanne et Lily au chalet en 1935 (Collection K. Schuiling)

Jacques et Thomas Becquet (Collection K. Schuiling)

Lily et Jeanne (Collection K. Schuiling)

Paul, Emilie Dardenne, Lily, Jeanne, Elisabeth, Marie, Philippe, Frédéric et Hélène le 10 juillet 1918 (Collection K. Schuiling)

Infirmières de l’hôpital l’Océan à La Panne (Collection K. Schuiling)

Infirmières de l’hôpital l’Océan, à La Panne, portant leur masque à gaz (Collection K. Schuiling)

La Panne, diner sur l’herbe 1917 (Collection K. Schuiling)

La Panne, 1917 (Collection K. Schuiling)

Groupe d'infirmières au repos dans les dunes de La Panne - Lily est la deuxième infirmière à gauche (Collection K. Schuiling)

Lily Dardenne à La Panne en 1917 (Collection K. Schuiling)

De l’Yser au Congo : le parcours remarquable d’Emilie Dardenne et de ses filles

Emilie Dardenne surprise par la guerre à Middelkerke

Le 14 octobre 1914

       En ce 14 octobre 1914, la famille Dardenne espérait que Middelkerke allait rester libre. C’était là, qu’en 1908, elle s’était établie ayant quitté Ixelles. Drôle de famille à vrai dire : une jeune femme esseulée, Emilie Dardenne née Alvin et ses trois filles, Jacqueline, 20 ans, Emilie surnommée Lily, 17 ans, et la cadette Jeanne, 16 ans. Une famille donc sans mari et père depuis longtemps puisque celui-ci avait quitté le domicile familial en 1898. Cette année-là,  Léon Dardenne[1] s’était engagé  comme artiste peintre dans une expédition scientifique au Congo et cela sans demander  l’avis de son épouse de 24 ans, enceinte de quatre mois d’un troisième enfant. Malgré son retour du Congo en 1890 après deux ans d’absence, jamais le couple ne put se reconstituer. Léon avait une mentalité d’artiste bohême qui ne s’alliait que trop peu avec les responsabilités de chef de famille. Emilie Dardenne s’était donc retrouvée seule, seulement âgée de 25 ans avec trois fillettes à élever !  A la fin du 19ème siècle, pareille situation signifiait, en plus de l’opprobre, une misère certaine !  Emilie était une femme hors du commun. Elle ne se désespéra pas et accepta le défi de gagner sa vie pour élever dignement ses trois filles. Le moyen ? Elle rêva de devenir directrice d’une pension de famille à l’attention surtout des enfants devant recevoir pour raison de santé une cure d’air marin. Emilie avait des atouts pour diriger pareille institution. Elle avait reçu une très bonne éducation, avait des qualités de gestionnaire et possédait aussi une autorité naturelle. Pour couronner le tout, une élégance voulue très à la mode (elle se teintait les cheveux et portait des hauts talons) la faisait remarquer comme une femme moderne aux idées novatrices. Son rêve devint réalité en 1908 quand elle occupa à Middelkerke la « villa Jacqueline » qui pour une somme de 10 francs par jour (avec un demi-prix pour les enfants) offrait toutes les commodités aux pensionnaires avec en plus la possibilité de recevoir des leçons de harpe et d’italien. Grâce à ses revenus, Emilie parvint à vivre honorablement et à  payer les études de ses filles ; c’est ainsi que Jacqueline, l’aînée, acheva des études de régente à Thielt en 1912. Cette année-là, mourut son mari, Léon Dardenne. Emilie devenue veuve possédait aussi un cœur généreux qui lui fit oublier ses rancunes car elle prit grand soin de sa belle-mère de 77 ans qui possédait une maison à Coxyde et qui s’y était réfugiée. 

Emilie Dardenne en exode vers l’Angleterre

       La guerre vint donc surprendre la famille Dardenne dans leur pension de famille. Emilie espérait jusqu’au dernier moment que Middelkerke restât dans la zone côtière défendue par l’armée du roi Albert mais il fallut désenchanter ! Le 14 octobre 1914, Ostende tombait aux mains des Allemands après avoir été abandonnée par les troupes belges obligés de se réfugier  derrière l’Yser. Sans attendre que Middelkerke soit à son tour occupé par l’ennemi, Emilie  se décida à entamer l’exode vers la France. Elle fit ses bagages : une grande valise pour elle, trois valises plus petites pour ses filles. Elle emmenait aussi avec elle sa belle-mère malade qu’elle hébergeait à cette époque. Après avoir distribué toutes les couvertures et réserves alimentaires aux soldats belges, elle quitta sa chère pension de famille qui avait été son précieux gagne- pain !  La guerre n’empêcha cependant pas la famille Dardenne d’avoir belle allure en quittant Middelkerke. Emilie avait pris un soin particulier à choisir ses vêtements de route ainsi que ceux de ses trois filles. Dans la masse des réfugiés Belges qui fuyaient sur les routes vers Nieuport, la famille Dardenne ne paraissait pas inaperçue : une femme élégante suivie de trois charmantes jeunes filles et qui entouraient de leurs attentions une vieille dame !   Un colonel anglais eut pitié, ou, plus vraisemblablement, eut la curiosité d’en savoir plus sur  ces belles passantes. Il arrêta son véhicule à leur hauteur en les priant de prendre place dans  les camions de son convoi qui se dirigeait vers Dunkerke. Emilie, ses filles et la grand-mère  saisirent leur aubaine. Non seulement elles furent déposées à Dunkerke mais  elles reçurent de plus un cadeau inespéré : le colonel anglais leur offrait l’hospitalité… dans sa propre demeure  le « Harsford Manor » dans le Sussex à Wisborough ! Indiscutablement la personnalité distinguée et énergique d’Emilie qui se manifestait dans tous ses traits mais particulièrement dans son regard avait conquis l’officier ! Il restait maintenant à trouver un moyen de quitter Dunkerke. Là-aussi, la générosité anglaise fit un miracle. On proposa à Emilie d’embarquer sur un navire militaire anglais mais qui n’était pas encore certain de sa destination : Portsmouth ou l’Afrique du Sud. Les filles rechignaient à s’embarquer pour une destination inconnue. Emilie montra à nouveau son caractère énergique  en leur disant sans aucune hésitation :

       – Les filles, peu importe où nous allons, du moment que nous restons ensemble !

       Les Dardenne ne naviguèrent cependant pas sous les tropiques. Une bonne étoile entraîna le navire jusqu’en Angleterre où  les cinq femmes débarquèrent !

       La famille du colonel anglais voulut bien respecter la parole donnée et accueillirent les cinq femmes avec la plus grande hospitalité. Les mois passèrent donc au Harsford Manor de façon sereine. Bien évidemment, Emilie suivait les évènements en Belgique de façon très  minutieuse. La bataille de l’Yser se terminait et le front se stabilisant, on put à nouveau envisager un retour dans la petite Belgique libre qui subsistait entre La Panne et Nieuport.  Emilie avait aussi un motif familial important pour rentrer en Belgique. Sa propre mère, Jenny Alvin née Orts se trouvait très malade à Coxyde. Au début de la guerre, elle se trouvait dans la maison de campagne de sa fille Marguerite Massart (épouse du renommé botaniste bruxellois Jean Massart) et, malade, n’avait pu rejoindre Bruxelles avant que l’ennemi n’arrive à l’Yser. Elle était soignée par son ancienne servante Marie Lehouck qui s’était marié avec un boulanger installé à Coxyde.  Emilie voulait absolument revoir sa maman avant son dernier soupir ! Mais qui allait s’occuper de sa belle-mère très malade qui n’avait plus la force de voyager ? Elle serait tout simplement sous la garde de Lily qui acceptait de rester en Angleterre. Cela arrangeait Lily qui voulait devenir infirmière et pouvait être formée à Londres où le médecin belge Jacob venait de créer une école d’infirmière destinée aux jeunes filles belges dont les familles s’étaient réfugiées en Angleterre.


Emile Dardenne vers 1918. (Collection K. Schuiling)

Emilie Dardenne de retour en Belgique soigna puis enterra sa remarquable mère Jenny Alvin

       En juin 1915, Emilie et ses deux filles, Jacqueline et Jeanne, rentrèrent donc en Belgique et s’installèrent à Coxyde. Emilie retrouva sa maman dans la famille Lehouck et celle-ci   décéda un mois après les retrouvailles,  le 21 juillet.  Ce fut une grande consolation pour elle  d’avoir pu assister sa maman dans ses dernières semaines. Il faut dire qu’Emilie avait hérité   de sa mère de son caractère courageux et entreprenant. Jenny était en effet une femme exceptionnelle. Née sourde, et ayant perdu sa maman à l’âge de quatre ans, elle avait pu  néanmoins  surmonter son  handicap (elle fut en cela aidée par son séjour dans une institution spécialisée à Paris) et fonder une famille. Son père, Auguste Orts était Bourgmestre de Bruxelles mais hélas, sa maman, Narcisse Carion décéda en 1854 des suites d’un refroidissement lors d’un bal donné par le Roi. Les circonstances de ce décès n’enlevèrent pas à Jenny son goût pour les bals : elle en raffolait comme pour défier le sort !  Nullement gênée par son handicap, on l’imagine gracieuse, attirant ses cavaliers par un regard qui perçait les cœurs. C’est vraisemblablement au cours d’un bal, en Suisse, lors d’un voyage en 1867, qu’elle rencontra celui qui allait devenir son futur mari, Louis Alvin. Louis Alvin était ingénieur de formation et cumulait les fonctions de Secrétaire du Ministre des chemins de Fer avec le métier de professeur de métallurgie à l’ULB. Jenny eut encore un malheur de plus à supporter dans sa vie : son cher mari, père exemplaire, décéda en 1887, à l’âge de 42 ans d’une scarlatine.

       Emilie ne pouvait s’empêcher de penser aux tristes destinées de sa grand-mère, Narcisse Carion, décédée si jeune et de sa propre  mère  Jenny dont le corps était maintenant emporté par quatre hommes au cimetière de Coxyde : deux  générations de femmes  si vite privées  par le  sort de la vie de famille à laquelle elles aspiraient tant.

       Même décédée, pensa Emilie, Jenny continuait à marquer sa différence d’avec le commun des mortels. La marche des porteurs du cercueil venait en effet d’être interrompue par une alerte aérienne et les quatre hommes avaient trouvé tout naturel de s’asseoir sur le cercueil de Jenny en attendant de pouvoir quitter l’abri provisoire dans lequel le cortège s’était réfugié.

       Quand on mit enfin le cercueil en terre, Emilie eut une pensée pour ses trois filles et pria qu’elles au moins puissent bénéficier des joies et douceurs d’une longue vie de famille !  Sa prière, on le verra ne fut pas totalement exaucée.

       Quoique très triste d’avoir perdu sa maman, Emilie se trouvait maintenant plus libre de disposer de son temps. Son esprit d’entreprise reprit le dessus et elle vit rapidement comment aider la famille Lehouck.  Les soldats manquaient de friandises et de biscuits. Emilie poussa donc la famille Lehouck à diversifier les produits vendus par leur boulangerie. Elle mit donc la main à la pâte pour réaliser pâtisseries, gaufres et biscuits. Le succès fut au rendez-vous  et le chiffre d’affaire de l’entreprise familiale augmenta rapidement. A noter que la famille Lehouck paya aussi son tribut à la guerre : une bombe allemande détruisit complètement la maison de Marie Lehouck le dimanche 9 juillet 1916[2].  Marie était dans son lit à l’étage et se retrouva comme par miracle indemne… à la cave ! Elle conserva cependant de cet évènement et pour le reste de sa vie un tic nerveux à un œil ! En 1920, la maison fut reconstruite et devint la célèbre pâtisserie Verdonck célèbre encore aujourd’hui pour ses fameuses babeluttes !  Emilie chercha cependant à se rendre utile de façon plus patriotique.  Elle se mit en rapport avec la Comtesse Van den Steen de Jehay qui, avec la Baronne Terlinden, avait fondé « L’Aide Civile et Militaire », sous l’égide de la Reine Elisabeth. Le charme d’Emilie joue encore une fois et la Comtesse lui propose de partir à Paris pour organiser dans le cadre de cette fondation un bureau belge spécialisé dans l’aide aux prisonniers de guerre. Emilie accepta évidemment ce beau défi.

Emilie à Paris

       Emilie en août 1915 quitta Coxyde pour rejoindre Paris en août 1915. Elle parvient à trouver du travail pour sa fille Jacqueline dans un bureau de courtage tandis que la plus jeune, Jeanne, entre à l’école Schola Cantorum. Débrouillarde, elle avait conservé l’adresse d’un officier français originaire de Paris et rencontré à Coxyde. Elle parvient à se faire héberger chez le papa de cet homme, un riche homme d’affaire qui possédait une grande demeure près de la porte Maillot. En mai 1916, soit 8 mois après son arrivée, sa mission est remplie et Emilie qui ne supporte pas la routine désire se rendre utile dans une autre tâche. Elle écrit à la comtesse Van den Steen et lui demande de pouvoir la seconder avec sa fille Jacqueline  dans son hôpital de Poperinghe.  La comtesse lui répond :

       « On me dit que vous êtes disposée à venir à Poperinghe et que vous désirez que votre fille  vous accompagne. Voulez-vous me dire d’une façon définitive si vous avez bien pesé le pour et le contre et si nous sommes bien d’accord. Comme je vous l’ai déjà fait dire, il serait plus sage que vous veniez d’abord ici seule afin de juger de la situation et voir s’il serait convenable d’y amener une jeune fille ».

Emilie de retour derrière l’Yser dans les dentelles de Proven


Camionnette la dentelle conduite par Leughe accompagné par Mme Dardenne 1916-17 (Collection K. Schuiling)

       Fonceuse, Emilie ne tient pas compte de la prudence préconisée par  la comtesse. Elle  se rend donc sans avoir effectué de voyage de reconnaissance à Poperinghe accompagnée de sa fille Jacqueline âgée de 22 ans. Pour ce qui est des deux autres : Jeanne continue ses études à Paris tandis que Lily étudie à l’école belge d’infirmière de Londres. Le 23 mai, on la retrouve domiciliée à Proven, petit village situé à quelques km de Poperinghe.  Elle occupe une petite baraque à l’intérieur de l’hôpital de Couthoven. Toujours sous le couvert de « L’aide civile Belge », elle reçoit comme mission d’aider les dentellières de la région à survivre en continuant leur artisanat. Elle va les approvisionner en matière première, coussins, fuseaux, épingles, fil pour la dentelle d’Ypres, fil pour la dentelle de Cluny et de Bruges. Les ouvrages terminés, Emilie les expédie aux USA où elles trouvent acquéreurs.  En soutien publicitaire, on publie une brochure dans laquelle Jacqueline se trouve en photo en costume de dentellière au travail. Emilie et Jacqueline sont constamment sur les routes pour visiter les dentellières. Elles circulent dans une petite camionnette avec Monsieur Leughe,  leur chauffeur dans une région parsemée des bases arrières des soldats anglais qui combattent à Ypres !  Quand elles ont terminé leur tournée, elles rejoignent l’hôpital où elles séjournent. Les quelques loisirs consistent à établir des liens d’amitié avec les infirmières et les soldats hospitalisés.  Emilie  et Jacqueline seront marquées pour toute leur vie par le spectacle des soldats mutilés ou gazés.



Emilie et Jacqueline abandonnent les dentelles pour s’occuper des enfants belges placés dans la colonie du Glandier en France.

       En octobre 17, Emilie Dardenne peut être fière du travail accompli. Elle se plaît en compagnie de la Comtesse. La Reine Elisabeth va cependant perturber la routine d’Emilie. Elle a en effet entendu de la bouche de la Comtesse les succès de ses missions et désire employer ses talents autre part. La Reine venait de conclure avec la Croix-Rouge américaine  un important accord pour créer en France une institution capable de recueillir, d’éduquer et de soigner des enfants souffrant de diverses carences en Belgique occupée. Des négociations avec l’occupant avaient été menées et les Allemands finirent par accepter le départ d’enfants belges malades via la Suisse pour rejoindre la Chartreuse du « Glandier » en Corrèze. La Reine avait choisi le capitaine Graux pour mener à bien ce projet mais celui-ci voyageant beaucoup, il lui fallait une collaboratrice sur place. La Reine choisit Emilie pour occuper cette charge. Emilie, obéissante, rejoignit son poste en octobre 17.

       650 enfants rejoignirent la Chartreuse du Glandier en même temps que 10 instituteurs, 10 prisonniers allemands, 30 servantes, des infirmières et un médecin belge, le docteur Neelemans avec sa famille. Malgré tout il manqua du personnel et  la Croix-Rouge américaine fournit pour compléter celui-ci des quakers anglais et américains pour animer les loisirs des enfants. Parmi ceux-ci Henry Streeter, Zavitz, Frank Morton. Le Dr Wiggin, spécialiste de la gorge, le Dr Anett un dentiste, le Dr La Bonte, deux infirmières américaines, Martha Hower et Sarah Boyle furent envoyés aussi en renfort.

       Par jour la colonie consommait 210 kg de pain, 500 kg de pommes de terre, 100 kg de légumes secs, 60 kg de viande (trois fois par semaine) et une quantité impressionnante de lait. La guerre battait son plein et c’était vraiment une prouesse pour trouver les vivres capables de faire subsister les enfants. Pas seulement les vivres, mais les habits : vêtir des enfants qui arrivaient avec comme seuls habits ceux qu’ils portaient sur eux représentait un autre chalenge. Le capitaine Graux était la plupart du temps à l’extérieur de l’institution afin de trouver donateurs ou fournisseurs. Pour les chaussures il dut même créer de toutes pièces un atelier de chaussures à Limoge qui put fournir 60 paires par semaine ! Le travail D’Emilie  est harassant et sans aucune distraction. Voici ce qu’elle écrivit :

       « Graux a vu la reine, lui a parlé de moi, lui a expliqué comment je fus enlevé de Poperinghe. Je m’incline devant la volonté de la Reine puisqu’en m’acceptant pour le Glandier, elle savait qu’elle me retirait de Pop. Je suis vraiment privée de tout dans ce désert immense où j’ai heureusement Jeanne pour me tenir compagnie. Ici point de messe le dimanche, nous sommes loin de tout et j’attends Rosiers[3] (l’aumônier) pour reprendre une vie plus chrétienne. »

Emilie au Havre termine la guerre au service des familles belges qui y sont réfugiées

       Emilie tiendra bon jusqu’en juin 1918. A bout de force, rentre au Havre avec sa fille Jeanne et se domicilie à Sainte adresse où se trouve le gouvernement belge. Elle va alors proposer son aide à Madame Hymans, secrétaire de l’œuvre d’Assistance temporaire aux Belges au Havre. Cet organisme trait 1450 dossiers de familles belges qui s’étaient réfugiées à proximité du Havre. Emilie va créer une unité de travail à domicile pour ces Belges ainsi qu’une colonie de vacances pour enfant. Un subside du Ministère permit l’achat de machines à coudre qui furent cédées aux ouvrières « contre remboursement hebdomadaire de 2 francs au minimum ».  Le travail consistait dans la fabrication, à domicile, de pantalons de toile pour l’intendance. Elles étaient payées 85 centimes par pantalon. En 5 semaines 110 femmes belges fabriquèrent 5.000 pantalons.


Groupe d'infirmières au repos dans les dunes de La Panne - Lily est la deuxième infirmière à gauche (Collection K. Schuiling)

Sa fille Lily, infirmière œuvre  pendant ce temps à l’hôpital L’Océan

       En juin 1916, Lily rentre comme infirmière à l’hôpital l’Océan. Ce sera une grande aventure pour elle qui aura une répercussion sur toute sa vie puisqu’elle y rencontrera l’homme de sa vie. Emilie n’a pas beaucoup d’expérience quand elle arrive dans cet immense hôpital qu’est devenu l’hôtel Océan. A vrai dire elle n’avait jamais encore, comme elle le raconta plus tard avec pudeur, vu «  un homme légèrement habillé » ! De suite pourtant, elle est désignée pour une énorme salle où se trouvaient des dizaines de jeunes hommes blessés et on lui donne pour première instruction : « Vous voyez ces blessés ? Eh bien vous les lavez et changez leurs pansements ! ». Lily n’oublia jamais ce premier contact assez brutal avec le métier d’infirmière. Plus tard, elle aimait rappeler à ses enfants et petits-enfants l’émotion qu’elle ressenti lors de ses premières prestations d’infirmières au service des soldats. Lily malheureusement n’écrivit pas de journalier et nous ne pouvons la suivre dans sa vie quotidienne que par les souvenirs qu’elle raconta oralement à sa famille. D’elle, on apprit que le Dr Depage était « un ours » et qu’il fallait obéir à la matrone  sans jamais sourciller ! Même âgée, elle parlait de sa matrone avec la moue de l’élève peureuse face à son maître d’école !  Par contre c’est avec un sourire toujours émerveillé qu’elle racontait à sa petite-fille Katy sa rencontre inattendue avec le Roi Albert qui se tenait au-dessus de la dune qu’elle et des amies gravissaient tout en riant à qui mieux-mieux. A la fin de la guerre, lors de l’offensive libératrice, Lily désignée en renfort pour l’hôpital de Vinckem[4]. Elle termina donc la guerre dans sa vision la plus affreuse ; en effet c’était la première fois que les Belges sortaient en masse de leurs tranchées en s’exposant si fortement aux tirs ennemis. Le prix payé par les Belges en fut conséquent : plus de trois mille tués et plus de 26.000 blessés ! Lily raconta à ses enfants que la vision la plus terrible qu’elle ait eu de la guerre fut un pauvre soldat, dont le pied chaussé, arraché à la jambe et ne tenant plus que par quelques lambeaux, bougeait encore.  C’est pourtant grâce à un autre pied de soldat qu’elle se maria. En effet elle soignait un soldat nommé Etienne Becquet qui venait d’être amputé du pied gauche quand vint s’asseoir au chevet du blessé un visiteur militaire. En fait, il s’agissait de son frère Jacques, lui aussi militaire comme six autres de ses frères ! Une conversation à trois débuta et bientôt  Jacques Becquet eût une deuxième  raison de se rendre en visite à l’hôpital l’Océan. L’histoire  se termina comme un conte de fée… par un beau mariage,  le 15 juillet 1919 !


       Mais revenons début avril 17, quand Etienne est hospitalisé à l’Océan après avoir été blessé dans la nuit du 29 au 30 mars 1917 lors d’une reconnaissance d’un poste ennemi au-delà du canal de l’Yperlée. Lily raconta  sans doute à toutes ses collègues le fait exceptionnel  qu’elle soignait un soldat dont les six frères étaient aussi sous les armes. La Reine Elisabeth pris la mesure de cette nouvelle et vint s’enquérir auprès du blessé de l’incroyable fratrie. Le Roi Albert suivit peu après et trouva au chevet d’Etienne Becquet un beau vieillard qui n’était autre que le Père Becquet. Le Roi résolut de décorer Etienne mais aussi… le père de cette famille exceptionnelle[5]. La suite de l’histoire d’ Etienne Becquet vaut la peine d’être racontée. Amputé, il voulut à tout prix rester en service. Les autorités militaires, sans doute avec les recommandations du Roi, lui donnèrent satisfaction et Etienne acheva la guerre comme observateur aérien !  Après la guerre, il resta aussi malgré son handicap très sportif et continua même à jouer au hockey. Il était disputé par chaque équipe car il frappait la balle non seulement avec la crosse mais aussi avec sa prothèse en bois. Continuant l’aviation, il obtint même à l’aéroport de Gosselies le 5 novembre 1921, le record d’altitude en biplace de 7000 mètres.

       Quant à Jacques qui tombe amoureux de Lily, c’était aussi un fameux gaillard. Avant la guerre, il avait tâté de la marine en étant cadet sur le navire-école anglais « Milverton », puis il s’était engagé au Congo au service de l’Etat avant de passer à la direction du comptoir des Exportations belges à Kinshasa. A la déclaration de la guerre, il rejoint la Belgique et s’engage comme volontaire en septembre 1914. Il gravira tous les échelons pour devenir officier en mai 1916. Le 20 juillet 1917, il est désigné pour rejoindre les troupes coloniales. Il quitte l’Yser et… sa fiancée Lily pour prendre part à la deuxième campagne d’Afrique.  Nommé lieutenant en novembre 1917, après les opérations dans l’Est Africain, il rejoint la Belgique pour participer à la dernière offensive  avec le 4ème régiment des Chasseurs à Pied.

Des sept soldats qui étaient les futurs beaux-frères soldats de Lily, deux perdirent la vie à cause de la guerre. Gérard périt lors de l’offensive finale le 30 septembre 1918. Henry quant à lui tomba malade durant des manœuvres au camp de Mailly en décembre 1917. Les poumons fragilisés par les gaz respirés, il ne se remettra jamais de son affection respiratoire. Germaine Becquet, sa sœur dévouée s’occupa beaucoup de lui.  Il faut dire que Germaine remplaça très jeune la maman Becquet décédée en 1908… Elle se dévoua sans compter pour ses frères et son père et resta de ce fait célibataire. Elle mérite certainement une médaille !  Henry malgré les bons soins de sa sœur décéda le 29 octobre 1924. Il avait un caractère exceptionnel et malgré ses souffrances gardait la bonne humeur. Voici une lettre de son père adressée à son fils Jacques et qui relate les derniers moments d’Henry. Un témoignage émouvant mais surtout le plus bel hommage qui soit pour cette victime de guerre.

Lundi, 01-12-24

Mon bien cher Jacques

       Mes dernières lettres t’avaient donné des détails sur l’état du cher Henry et tu avais du te rendre compte que la maladie continuait ses ravages sans aucun espoir. Aussi tu devais t’attendre à la triste nouvelle que Madame Dardenne (Emilie) s’est chargée de te communiquer. Je suis sûr que tu comprendras et que tu m’excuseras si je ne t’ai pas écrit immédiatement mais je suis certain que tu as à cœur d’avoir des détails sur ces dernières semaines. Tu savais que nous étions revenus au début de mai avec l’intention de retourner à Amélie le 10 septembre ; nous y avions retenu un appartement. Henry avait bien supporté le voyage et les premiers temps après le retour son état était assez convenable ; il descendait quelques heures par jour mais le temps a été détestable – froid et pluie – ce qui l’empêchait  d’être complètement en plein air. Nous faisions cependant les préparatifs de départ lorsque  vers la fin août, il a eu une crise des plus violentes : fièvre-toux-oppression-cœur très pris. Cela a duré une grosse semaine et a même été si mal un soir qu’il a fait tous ses grands préparatifs de départ ! C’est l’abbé Nilis – un ancien de ST Boniface – qui l’a assisté et qui a continué à venir le voir. Son état s’est calmé. Le lendemain, il avait consultation (Tu sais ce que cela vaut quand c’est la fin) et cependant il y a eu une accalmie – mais il n’a plus quitté son lit que de temps en temps pendant 8 semaines. Cela a été un long martyr que le cher Henry a supporté avec un courage et un héroïsme admirable sans une plainte, ayant toujours la volonté de partir, il avait fixé le 4 novembre et trois jours avant la fin il combinait encore les heures de train ! Tous les derniers jours, il se mettait une ou deux heures dans son fauteuil pour s’entraîner à partir du 4 ! Jusqu’au dernier jour il a eu son caractère joyeux et je te dirai même le mot pour rire. Il espérait tant encore se guérir et pouvoir vivre quelques années avec nous ! Pauvre Cher Henry, toute son affection s’était encore affinée pendant cette maladie et il était heureux d’être au milieu de nous. C’est la chère Germaine qui l’a soigné avec un soin et un dévouement inlassable. Ces derniers mots ont été : Je m’en vais très content et très tranquille. Il est mort en vrai chrétien et l’abbé lui-même était édifié de cette fin, de son courage ! La chère maman aura certainement intercédé pour lui, ainsi que la chère tante Jeanne et le brave Gérard. Cette fin si chrétienne est notre seule consolation  et ses souffrances sont aussi terminées. Thomas et Baudouin seuls étaient près de lui. Etienne et André n’ont pu arriver à temps. Les sympathies témoignées ne sont pas une consolation mais elles prouvent cependant l’estime du monde pour celui qui n’est plus, et la foule recueillie qui assistait au service prouvait toute la part prise à notre deuil. L’enterrement avec honneurs militaires avait eu lieu le lundi après-midi. Le service le mercredi. C’est la commune qui avait supporté les frais du corbillard, le tout très convenable ! Si je te donne tous ces détails mon cher Jacques, qui peuvent paraître insignifiants c’est que c’est vous les 7 braves qui avaient honoré la famille et dans certaines circonstances le monde se rappelle encore des braves de 1914. Nous avons fait faire le portrait d’Henri après sa mort. Je te l’enverrai à ma rentrée à Bruxelles. (…)

       Et vous mes chers enfants, j’ai été heureux d’apprendre par madame Dardenne que vos santés étaient bonnes, petites et grandes et que tout marchait selon vos désirs – bonne installation – bon chez soi – bon bonheur à deux – c’est le seul vrai ! J’espère cependant que malgré le soleil africain vous redeviendrez bientôt des Européens.

        Au revoir mon cher Jacques, ma chère Lily, je vous embrasse de tout cœur ainsi que les petites chéries.

Papa

Après la guerre Emilie resta plein d’initiatives. Elle accomplit une remarquable traversée du Congo.

       Avec Madame Hymans elle créera le « Nursing belge » pour soutenir le métier d’infirmière visiteuse. Elle devint aussi Secrétaire de « La Famille de l’Infirmière » qui devint par la suite le « Club de l’infirmière », 33 rue de la source. Avec madame Hymans et Madame Brachet elle crée « L’association des Infirmières visiteuses de Belgique ». Avec Madame Delange, c’est un home de repos «  pour institutrices »  qui est créé à l’Espinette.  Mais toutes ces initiatives ne sont rien à côté du grand projet qui l’anime : créer une Croix-Rouge au Congo. Elle parvient à obtenir une « Mission d’étude au Congo » subsidiée par le fonds spécial du roi Albert afin de connaître les conditions de vie des femmes indigènes et blanches.  De juillet 1920 à juillet 21, Emilie va visiter des dizaines d’hôpitaux et d’écoles disséminés à travers tout le Congo. Partie d’Elisabethville elle va remonter à pied, en pirogue, en train le Lualaba jusqu’à Kabalo pour se diriger ensuite vers le lac Tanganyka qu’elle va sillonner dans toutes les directions. Elle assistera même à Kigoma à un évènement lié à la Grande Guerre : la remise de la gouvernance de la rive est du lac aux Anglais. Libéré des Allemands par la Belgique au cours de la campagne de Tabora, les Belges en eurent l’administration quelques mois jusqu’à ce que les négociations entre alliés attribuent aux Anglais l’East Africain Allemand. Emilie décrira cette passation de pouvoir de façon détaillée et ses souvenirs à ce propos constituent  un témoignage historique de grande valeur !

       Durant tout son voyage, Emilie tiendra un journalier qui détaillera ses inspections et les multiples conversations qu’elle eut avec les colons, les administrateurs, les religieux et les Congolais. Ce document me semble précieux car il nous livre une image inédite de notre jeune colonie. On y découvre notamment le découragement important des colons et administrateurs qui se sentent abandonnés par une métropole qui de Bruxelles gouverne le Congo sans véritablement connaître les problèmes rencontrés sur place. Partout, Emilie entend les Belges dire que la révolte des coloniaux contre Bruxelles couve ! Il faillit sans doute de peu pour que le Congo Belge proclame son indépendance comme le fit  la Rhodésie ou l’Afrique du Sud. Concernant les soins médicaux, Emilie s’apercevra que les religieuses qui s’occupent des hôpitaux ne voient pas encore l’utilité des infirmières laïques. Si en Belgique la guerre mit en évidence la nécessité des soins infirmiers par du personnel formé, ce n’était pas le cas au Congo. Emilie insistera donc pour que le Congo rattrape son retard dans ce domaine crucial pour le développement.  L’autre domaine de prédilection d’Emilie fut l’enseignement entièrement aux mains des missionnaires que ce soit pour les congolais ou pour les colons. Emilie constatera les lacunes de cet enseignement qui devrait selon elle être contrôlé par l’Etat. Développer l’enseignement professionnel mais débuter aussi l’enseignement universitaire lui semblent des points capitaux.  Elle fut visionnaire dans cette matière mais malheureusement non suivie pour l’enseignement universitaire avec les conséquences que l’on sait et qui se manifestèrent dans toute leur ampleur à l’Indépendance.

       Le lecteur intéressé trouvera ci-dessous[6] un condensé du journalier D’Emilie Dardenne au Congo. J’ai repris les journées marquantes de son diary.  Bien entendu le lecteur intéressé peut toujours m’adresser une demande pour obtenir l’entièreté du texte.     

       Revenue en Belgique, Emilie œuvra au Ministère de la Justice comme « Inspectrice ». Elle s’occupait des enfants délinquants ou abandonnés et à ce titre inspecta les institutions qui les recueillaient dans toute la Belgique. Parallèlement à son travail, elle continua d’user de son énergie pour créer une Croix-Rouge du Congo. Elle était encouragée dans ses efforts par la Reine Elisabeth qui la convoqua plusieurs fois au Palais pour se tenir au courant des avancements de ce projet. Finalement la « Croix-Rouge du Congo »,  en abrégé C.R.C.,  vit le jour en 1925 et devint une section officielle de le Croix-Rouge de Belgique.  L’arrêté royal du 14 mai 1926 lui accorda la personnalité civile et approuva ses statuts. Un an après le Croix-Rouge du Congo acquit son autonomie complète et devint indépendante de la Croix-Rouge de Belgique. Le premier président du C.R.C. en Europe fut P.Orts[7], le cousin d’Emilie et cette dernière devint la première Directrice de l’œuvre. Emilie fut aussi la co-fondatrice de l’Union des Femmes Coloniales dont elle en devint la  présidente.

       Emilie resta Directrice de la Croix-Rouge du Congo jusqu’à sa retraite en 1938. La Reine la remercia de tous les services rendus au cours d’une émouvante cérémonie dont témoigne une magnifique photo. De nombreux discours furent prononcés dont celui de Monsieur Arnold :


Discours de M Arnold (Administrateur Général Honoraire de la Colonie)

       ... Pour bien soulager, il faut soi-même avoir souffert.

La douleur forge les âmes d'élite et la vie n’a pas épargné votre Présidente. sous les blessures morales, parfois les difficultés matérielles, elle ne se laissa jamais accabler, mais trouva toujours en elle la force de surmonter les obstacles pour faire de ses filles des femmes dignes d’elle et, plus tard, à la suite de circonstances particulièrement douloureuses, pour se dévouer à l'éducation de ses petits­ enfants. Elle fut mère dans tout ce que ce mot contient de grandeur et d’abnégation, et le secret de sa réussite dans ses activités coloniales fut d’être maternelle .. Elle connaît l'Afrique, notamment pour y avoir séjourné. Elle a compris là-bas cette vérité que le Dr Firket résume dans cette formule lapidaire: « En Afrique ce sont les forces morales qui triomphent ».

Lily au Congo avec sa sœur Jacqueline

       Lily mariée avec Jacques Becquet eut une longue carrière coloniale. Jacques travaillait pour le compte du Chemin de Fer Katangais. Il accueillit d’ailleurs sa belle-mère à Elisabethville quand celle-ci entama sa mission d’étude.  Le couple eut deux enfants, Claire et Andrée. Notre ancienne infirmière de l’Océan eut la chance d’avoir la présence de sa sœur Jacqueline à Elisabethville. Jacqueline s’était en effet mariée avec son petit cousin, Egide Devroey , qui travaillait comme ingénieur pour assainir la capitale du Katanga. Jacqueline et Egide eurent deux enfants, Pierre et Charles. Malheureusement le séjour conjoint des deux sœurs au Congo prit fin tragiquement en octobre 1928 quand Jacqueline décéda  à l’âge de 34 d’une insuffisance cardiaque suite à une angine mal soignée.

       Les deux enfants, Pierre et Charles rejoignent alors la Belgique pour être pris en charge par leur grand-mère Emilie Dardenne. Que de problèmes à régler pour Emilie qui avait une vie professionnelle terriblement remplie et qui maintenant avait à nouveau charge d’enfant !  Elle s’acquitta de ses nouvelles responsabilités jusqu’en septembre 1930, date à laquelle les garçons furent mis en pension à Malmédy. Mais elle continua à les recevoir pendant les vacances et écrivait deux fois par semaine à ses petits-enfants ! Quant au papa, Egide Devroey, il resta au Congo jusqu’en 1938 mais poursuivit en Belgique une très brillante  carrière[8] au service de la Colonie. Emilie possédait un chalet à Middelkerke et c’est là qu’elle offrait des vacances inoubliables à tous ses petits-enfants.  Emilie 

Lily pendant la deuxième guerre mondiale

       La guerre éclate et Emilie se porte volontaire. Elle est enrôlée pour l’hôpital militaire auxiliaire n°17 à Cahors.  Le 18 mai 40 elle se met en route et traverse la France. On connaît la suite, après la campagne des 18 jours, c’est la reddition de l’armée. Emilie revient en Belgique occupée et retrouve Bruxelles le 15 juin.

       La mort de sa fille Jacqueline avait été une immense épreuve pour Emilie. La deuxième guerre mondiale allait lui donner une deuxième croix à supporter : la mort de son petit-fils Charles. 

       Les pensées d’Emilie s’envolaient régulièrement vers l’Afrique où se trouvaient Lily , son mari et leurs enfants Claire et Andrée. Emilie noircissait régulièrement de nombreuses lettres à sa petite-fille Claire, et qu’elle appelle avec tendresse  «  mon Clairon ».

       Dans ces lettres pleines de tendresse, on découvre la dureté de la vie en Belgique occupée  et la souffrance d’une grand-mère de pouvoir embrasser ses enfants et petits-enfants avant longtemps ! Il faudra en effet attendre cinq ans avant que les Belges du Congo puissent regagner la métropole ! 

22 février 45

       Il faut avoir vécu sous l’occupation pour réaliser l’oppression qui pesait sur nous tous ! On évitait telle ou telle rue lorsque le quartier était traqué par la Gestapo. On avait une émotion chaque fois que l’on arrêtait le tram ; tous les voyageurs obligés de descendre pour être fouillés.(…) Je m’occupe de remettre en activité la Croix-Rouge congolaise.(…) L’alimentation est possible grâce aux trafiquants ; il faudrait élever un monument au « Smoteleer » inconnu ! (…)

       C’est par courrier qu’Emilie apprendra le mariage en Afrique de ses deux petites-filles Claire et Andrée puis la naissance de ces arrière-petits-enfants.

Croix-Rouge du Congo

Message à transmettre de Lily Becquet à Emilie Dardenne

10 octobre 42

Reçu ton message. Réponse avril. Espère colis arrivent. Regrette excès sardines. Denrées imposées. Tout très bien ici. Préparatifs mariage Andrée probablement fin novembre. Baisers affectueux

 

Croix-Rouge du Congo

Message à transmettre  de Claire Shuiling à Emilie Dardenne

11 novembre 41

Bonheur complet-premier arrière-petits-enfants attendu fin mai 42-Pronostic : fille Anne. Santé excellente. Vieux Noël meilleure nouvelle année.

       Qu’il est dur de ne pouvoir assister aux joyeux évènements d’Afrique ! Rien n’est facile,  le courrier classique est censuré. Pour être certain qu’il parvienne à destination, les Belges et les Congolais s’écrivent de petits mots par l’intermédiaire de la Croix-Rouge.  Fait  historique oublié de nos jours, la Croix-Rouge Congolaise[9] aida massivement la pauvre Belgique occupée.  Les colons du Congo aidèrent quant à eux directement  leur famille en Belgique par l’envoi de colis alimentaires. Quelle chance de recevoir de temps à autre des vivres provenant de la colonie  !

       Emilie pensionnée passa de nombreuses heures à administrer bénévolement la Croix-Rouge Congolaise et l’union des Femmes Congolaises. Elle essaie que ces deux œuvres survivent à la guerre en attende de  jours meilleurs. Voilà ce qu’elle écrivait le 14 janvier 42 :

       « Il fait si froid que je tiens avec peine ma plume… J’ai terminé mon interrègne à la C. R. C. où j’allais toute la journée depuis trois semaines. Mlle Moguez était malade… De ce pas je vais à l'U.F.C. où ces malheureuses travaillent dans un local non chauffé, c'est abominable et on a subi la même épreuve au Club, où pendant 10 jours on fut sans charbon. Je déteste ce froid et, par cette pénurie de charbon, c'est plus détestable que jamais. Je ne puis réaliser ce que doivent être les souffrances en Russie, cela doit être abominable. »

       Le froid revient régulièrement dans les plaintes des Belges sous l’occupation. Lily en Afrique, racontait que souvent sa maman l’avait amusée par cette phrase qu’elle leur écrivit un jour de Belgique : « Vous qui faites aller vos locomotives au café, envoyez-nous un peu de votre charbon »

       Emilie ne cessait de se tracasser pour la santé de sa famille au Congo. Mais enfin, elle put  annoncer la nouvelle que tous attendait : la  fin de la guerre

Ce six mai 45

Mon cher Clairon

       (…) Tous les jours on me dit que c’est fini et puis… une déception amère…(…) A l’assemblée générale de la C.R.B, c’est pierre Depage qui remplace le docteur Nolf ! (…)

Ce 8 mai 45

       Enfin voilà le jour V tant attendu.(…) L’angoisse des V1 et V2 terminé, on va rééclairer les rues.   (…) Je me tourmente pour Anne, mes médecins là-bas sont-ils assez au courant des enfants. Du lait, beaucoup de lait chaud, iodé.(…)

       Mais revenons à son petit-fils Charles. Charles s’est inscrit pour éviter le travail en Allemagne aux Volontaires du Travail. Il participe à des travaux d’intérêt général mais de jour en jours le mouvement perd son caractère neutre pour devenir collaborationniste. Il voit régulièrement sa grand-mère qui se tracasse énormément pour lui. En janvier 43, Charles écrit qu’il a reçu des menaces d’un groupe de légionnaire (légion de Degrelle) qui le traitent d’ « Anglophile 700% aveugle » et qui le menacent de mort. On conseille à Charles de prendre le maquis. Le 19 juin, la Gestapo arrête trois dirigeants Belges des volontaires sous prétexte qu’ils recrutent des jeunes gens hors quota, permettant ainsi qu’ils évitent le STO (Service de Travail Obligatoire). Finalement après des combats sanglants dans le cimetière de Haut-Fays, le 4 septembre 43, Charles parvient à s’échapper et à se réfugier chez sa grand-mère Emilie qui va réussir l’exploit de le garder trois mois sans en souffler un mot à personne même à ses amis de confiance ! Avec l’aide d’un réseau, Emilie parvient à programmer la fuite de Charles vers l’Espagne. Après des semaines d’attente, il part le 17 décembre. C’est une attente douloureuse qui commence pour Emilie et qui se termine le 11 janvier avec de mauvaises nouvelles. A cette date, Emilie apprend par un membre du réseau l’arrestation de Charles par la Milice française vers le 30 décembre et son arrestation à la prison de Toulouse. Cela ne laissait plus beaucoup d’espoirs pour Charles qui fut ensuite  transféré à Buchenwald .

       Vers le mois de mai 1945, Emilie apprend par une liste arrivée du camp de Dora que  Charles Devos (N.D.R.L. : Charles Devos était le nom que Charles avait donné à son arrestation) figure parmi les décès du 18 décembre 1944. Malgré son chagrin immense, Emilie prouve sa grandeur d’âme encore fois. Elle s’emploie à écrire de longues pages pour consoler ses proches de l’Absent !   

       « Si ton frère est arrêté, condamné et fusillé, c’est un héros. Si ton frère est arrêté et envoyé dans un camp, il disparaît, c’est un absent, tu attends son retour, tu espères et tu pleures sans faire ton deuil. » (R. Badinter)

Conclusions :

       Emilie Dardenne fit preuve d’une incroyable énergie tout au long de sa vie pour aider ses proches et cela malgré des coups du sort extrêmement douloureux. Progressiste, elle mit aussi toute son énergie pour améliorer le statut de la femme au Congo. Fondatrice de la Croix-Rouge du Congo,  elle fut animée d’un idéal que rien n’ébranla. Elle s’éteignit le 17 avril 1963 à l’âge de 89 ans.

        Sa fille Lily, l’infirmière de l’Océan, ne laissa pas de  récit de guerre. Elle était  cependant remarquable et transmit sa sagesse, sa philosophie de vie à ses enfants et petits-enfants. Sa petite-fille Katy se rappelle qu’un jour, alors qu’elle devait être âgée de 8 ans, elle passa devant le buste d’Auguste Orts avec sa grand-mère. Lily lui fit remarquer que ce personnage était son arrière-arrière-grand-père. Très fière, Katy lui répondit : « Oh alors, nous sommes une famille importante ». Lily ne répliqua pas immédiatement. Elle alla s’asseoir avec elle sur un banc tout proche puis fixa doucement son regard dans les yeux de sa petite-fille en lui disant : « Katy chérie, des mérites des autres, n’en retire jamais aucune gloire ». 

       La « sage » Lily  décéda  le sept septembre 1978. 

       Dans les années cinquante, Lily adorait raconter à sa petite fille Katy l’épopée familiale derrière l’Yser et au Congo. Katy en 2013 me convainquit d’écrire cette épopée. Je lui suis reconnaissant de m’avoir fait connaître les femmes valeureuses qui furent ses aïeules.

Dr Loodts.P

Source : Archives familiales K. Schuiling


Photos de l'Hôpital l'Océan, de l'hôpital de Vinckem (tentes et bâtiment en dur), de l'hôpital chirurgical mobile de Sint Jan's Molen.

point  [article]





























































































A leur sortie de l'hôpital certains blessés écrivaient ou dessinaient un geste de remerciement dans le carnet de Lily.

point  [article]

































Quelques médailles et souvenirs d'Emilie Becquet Dardenne.

point  [article]











 

 

    

 

 

 

 

 

 

 

 

 



[1] Léon Dardenne (1865-1912) : peintre connu pour sa participation à la Mission Scientifique Lemaire au Katanga d’où il ramena plusieurs centaines de dessins et aquarelles.  Pour sa biographie complète voir : http://www.kaowarsom.be/...I/Dardenne.Leon_Louis_Auguste_Edouard.pdf

[2] L’évènement ne passe pas inaperçu car Jane de  Launay dans son livre « infirmière de guerre en Service commandé » le cite en page 131: "Dimanche 9 (juillet 1916) : Grosses pièces en action , de et contre Coxyde .... A huit heures, un des derniers obus effondre à Coxyde la boulangerie Lehouck. ..."

[3] L’aumônier Rosiers était l’aumônier de Couthoven. Il avait promis à Emilie de demander sa mutation pour Le  Glandier. Voici ces états de service : Rosiers François-Xavier , né à Malines le 21 février 1883. Dispensé du service militaire en temps de paix le 20 février 1903. Brancardier-prêtre à l’hôpital militaire d’Anvers le 1er août 1914. Commissionné en qualité d’aumônier adjoint de 2ème classe le 4 octobre 1914. Attaché au centre d’instruction de Honfleur le 9 octobre 1914, au 1er bataillon du 11ème de ligne le 19 novembre 1915, au DC du cap Ferrat le 8 mars 1916, au C.T. du 7ème d’artillerie le 23 septembre 1916, au C.T. du 14ème d’artillerie le 10 décembre 1916 et, enfin à l’hôpital Elisabeth à Poperinghe le 17 mai 1917. Détaché aux écoles de la reine à Le Glandier (Pompadour en Correze) le 11 janvier 1918. En congé sans solde le 10 mars 1919. Pensionné le 1er août 1924 par arrêté du 14 décembre 1925. Deux chevrons de front.

[4] Le départ en renfort de Lily Dardenne pour l’hôpital de Vinckem  est mentionné par Jane de Launay dans son livre « infirmière de guerre  en service commandé » en page 255. 

[5] Voir sur ce site l’article sur la famille Becquet

[6] Le voyage de Lily au Congo : le condensé

[7] P.Orts (1872-1958), cousin d’Emilie Dardenne. Diplomate, il servit au Siam (Thaïlande) puis entra dans l’administration, à Bruxelles, de l’Etat Indépendant du Congo puis du Ministère des Colonies, s’y occupant de questions diplomatiques. Devenu Secrétaire Général aux Affaires étrangères, il fut délégué à la conférence de Paix et  obtint le mandat belge sur le Rwanda-Burundi conquis par les troupes coloniales belges. 

[8] Egide Devroey : Volontaire de guerre durant la première Guerre Mondiale dans la compagnie des pontonniers, premier terme en Afrique en 1920  à Elisabethville comme ingénieur civil au service de la colonie. Il gravira tous les échelons pour devenir en 1932 ingénieur en chef de la colonie. En 1927 réalise en voiture la première traversée « Embouchure » du Congo-Elisabethville. En 1938 rentre en Belgique où il deviendra conseiller technique au Ministère des Colonies. Exerce pendant la Seconde Guerre Mondiale une action clandestine au profil de l’ULB et est emprisonné comme otage à la citadelle de Huy pendant trois mois. Après la guerre joua notamment un rôle important dans l’établissement du relevé de l’hydrographie du bassin du Congo. voir sa biographie complète : http://www.kaowarsom.be/fr/notices_devroey_egide_jean

[9] D’après  le Dr Dubois (« La Croix-Rouge du Congo », A. Dubois, Académie royale des sciences d’Outre-mer, 1969), la Croix-Rouge achemina plus de 200.000 messages familiaux vers la colonie. Le Comité de Léopoldville soutenu par le Fonds colonial d’œuvres de guerre et grâce à la générosité des milieux européens du Congo pu consacrer un budget de 38 millions pour l’aide à la Belgique occupée et aux prisonniers (144.000 colis pour plus de26 millions, 266.000 messages familiaux, parrainage d’enfants nécessiteux en Belgique, soutien aux homes d’hébergements de Watermael.



© P.Loodts Medecins de la grande guerre. 2000-2020. Tout droit réservé. ©